Balade . La fenêtre de Theux: une histoire de nappe…

Avertissement: ceci est une balade géologique. Ceux que les explications géologiques n’intéressent pas, suivent les textes en couleur bleue.


Départ:  arrêt SNCB de Juslenville  (parking) –

Longueur: la balade illustrée ici: environ 3 km. Si vous montez sur Tancrémont : 6 km      – Dénivelé: 200 à 220m, cela dépend de l’endroit où vous décidez de redescendre pour terminer votre balade.    

Durée: 1h30 à 2h

Nature du terrain: très humide à boueux, glissant, raviné => munissez vous de vos grosses bottines.

sam-logo-petit: Mesdames et messieurs, Passe-Partout, Passe-Par-Là et moi-même vous emmenons promener dans une menuiserie…Bon amusement !

pp-logo-petit: Mais non, pas dans une menuiserie  !  La fenêtre de Theux n’est pas un châssis  ! C’est  une formation géologique unique en Belgique et elle se trouve sur notre commune . Alors, profitons-en et allons voir ce site exceptionnel pour mieux le comprendre .

carte balade ign agrandie : cliquez ici

L’itinéraire tracé en rouge est celui que nous vous proposons ici. Si vous désirez prendre davantage de la hauteur pour la vue sur la fenêtre  de Theux , continuez jusque Tancrémont par l’itinéraire bleu. (Il n’y a pas de balises pour notre balade)

Pour démarrer la balade:  dos tourné à l’arrêt SNCB de Juslenville,  prenons à droite et passons le pont sur la Hoëgne et puis à droite pour longer la plaine de jeux.

Tout au bout, un sentier rentre dans le bois et longe la Hoëgne. Suivons ce sentier qui monte en lacets sur une terrain boisé très pentu.

A la fin du chemin asphalté, on remarque sur la gauche une zone humide protégée remplie de touradons comme dans les Fagnes. Nous pouvons constater également une source d’eau ferrugineuse. La zone humide se prolonge jusqu’au début de la montée du sentier.

Sur la rive opposée de la Hoêgne, se trouve la Chapelle Fyon, sur son promontoire.

Aux abords de la Hoëgne , peut-être aurons-nous la chance d’apercevoir en vol ou perché sur une branche, un martin-pêcheur. Il niche souvent sur ce site.

phoca_thumb_l_SON01795MartinPecheur1
Photo J-Marie Poncelet / 01/2018

En face de la zone humide, au bord de la Hoëgne, se trouve une trace bizarre sur le tronc…Enigme : Travail du castor ou pas ? (Observons bien – réponse fin de balade)

IMG_20180220_152630IMG_20180220_152810IMG_20180220_152914

Continuons le chemin qui monte – Suivons Sam

Conseil: Ne pas prendre de raccourci entre les lacets: dégringolade assurée . Ou bien y aller à 4 pattes… 

dsc_10501: Tiens, tiens…! Serait-ce déjà les primevères qui s’annoncent ?

IMG_20180220_153851

pp-logo-petit: Oui, peut-être la Primula vulgaris ou la Primula élatior. Il faut attendre la floraison pour le savoir. Et ci- dessous, la fougère scolopendre ou langue de cerf, répandue dans les vieilles pierres et ruines, sur des sols argilo-calcareux et de préférence en pente.

IMG_20180217_143827

dsc_10501 : Comme la terre du sentier est noire !

IMG_20180220_153233

pp-logo-petit: C’est une terre très humifère, ( humus décomposé) et donc très nourrissante pour les végétaux.

dsc_10501: Elle est donc très fertile, alors  ?

pp-logo-petit: Oui et en plus, tu viens de trouver une pierre calcaire.  On va procéder à 2 tests pour vérifier:

IMG_20180220_155017

-Le test à l’acide HCl : si une goutte d’acide provoque une réaction sur la roche (mousse), c’est du calcaire. Sinon, c’est peut-être du grès ou du schiste.

-Le test avec une rayure de la roche en appuyant bien fort sur le verre: S’il n’y a pas de trace sur le verre, c’est que la roche est plus tendre que le verre, donc peut-être du calcaire ou du schiste. (Ce test peut se faire sur une lame de canif)

dsc_10501: Ca mousse, donc c’est du calcaire. Et alors, pourquoi est-ce important de savoir sur quel sous-sol on se promène ?

pp-logo-petit: Un sous-sol calcaire est signe d’un terrain fertile comme en Hesbaye, par ex. Mais tu vas voir qu’au cours de notre promenade, le sous-sol va changer de nature. Il y aura une conséquence sur la végétation qui ne sera plus la même.

dsc_10501: Pourquoi passons-nous d’un type de sous-sol à l’autre ?

pp-logo-petit: Parce que ici, nous sommes dans la Fenêtre de Theux et à la limite de la faille de charriage.

dsc_10501: C’est quoi une faille de charriage ? Je ne vois pas de trou en forme de faille , ici dans le sol….

pp-logo-petit: Sam, peux-tu expliquer ce qu’est une faille de charriage ?

sam-logo-petit:Bien sûr, avec ma toute petite formation en géologie au cours de guide nature, rien de plus simple…  Mais il faut d’abord expliquer le début :

Comment s’est formée la fenêtre de Theux ?

La fenêtre de Theux est unique en Belgique, mais il en existe aussi en France et dans d’autres pays. Au sujet de celle de Theux, il y a encore beaucoup de thèses contradictoires entre géologues concernant sa partie non-visible. Ici, je vous explique ce ,sur quoi ils sont d’accord.

Il y a environ 400.000 d’années, débute la période de la formation des montagnes.  Cela s’est produit suite à la collision d’anciens continents aujourd’hui soudés => plissements de roches du sous-sol, soulèvements d’autres et failles. Et voilà nos montagnes qui naissent…

Dans nos régions, il y a eu, à cette occasion, un déplacement horizontal d’une couche du sous-sol sur l’autre, suivant une zone de faille

Nappe_de_charriage
Illustration: Maurice Gidon

La partie supérieure qui a été transportée, s’appelle : nappe de charriage.

La faille de charriage est la cassure entre les 2 couches déplacées.

Ensuite, après le déplacement de la nappe de charriage, il y a eu érosion suite à l’eau qui était acide à cet endroit, créant une ouverture et laissant apparaître les terrains sous-jacents (voir ci-dessous): c’est une fenêtre géologique.

profil fenetre wikipedia
Nous nous trouvons actuellement dans le creux de la fenêtre.

dsc_10501: Sam, tu n’a pas expliqué quels sont les autres sous-sols qu’on va rencontrer…

sam-logo-petit: Minute ! Déballons la carte géologique de A. Dumont de 1885, où on voit bien la nature des sous-sols.

Cliquez ici:spa_theux  Carte géologique A.Dumont 1885

Le trait blanc entoure la partie visible de la fenêtre de Theux et le cercle jaune situe la zone de la promenade.

dsc_10501: C’est quoi les autres couleurs ?

sam-logo-petit: Toute la gamme des bleus signifie la présence de calcaire sauf le bleu le plus pâle (C2) qui est du grès micacé ou psammite. Tous les roses et mauves et de rose-crème, la présence de sous-sols avec grès et/ou schistes en quantité variable selon les coloris de la légende.

dsc_10501: Et les taches rouges? ? Il y a même du brun à certains endroits…

sam-logo-petit: Sur la légende de la carte, le brun signifie la présence de la houille et les taches rouges présence de minerais fer, zinc, plomb. A l’endroit où nous passerons, il y a du minerai de fer et nous avons pu déjà constater sa présence en observant la petite source ferrugineuse au début de la zone humide

dsc_10501: As-tu vu cette plante qui sort déjà du sol ?

IMG_20180220_154825

pp-logo-petit:C’est le gouet (arum) tacheté ou pied-de-veau ou chandelle ou manteau  de la vierge.  Ses feuilles sont en forme de flèche.

C’est une plante qui apprécie les sols argilo-calcaires. Elle adore les sous-bois de feuillus où le sol est profond et riche en humus. Pour attirer les petites mouches pour la pollinisation, elle produit une odeur d’excrément. Sa forme de fleur en godet permet aux insectes de glisser dans le fond comme sur un toboggan. Quand la pollinisation est faite, l’insecte repart après max. 72 h, avec un chargement de pollen vers une autre destination. Ce n’est pas une plante carnivore.

sam-logo-petit: Les feuilles disparaissent à la fin de la floraison  qui est en mai et la plante fructifie 3 mois après. Ses feuilles et ses fruits sont de vrais poisons sauf pour les oiseaux. D’ailleurs, si vous avez des problèmes avec votre belle-mère….

Continuons  toujours le sentier  :

IMG_20180220_153616
3.Nous continuons vers la gauche en passant devant un pan de roche gréseux

dsc_10501: On dirait des carex, les plantes qui poussent sur ce pan de roches .

pp-logo-petit: Elle y ressemble, mais à bien l’observer de très près , c’est une luzule des bois à cause des poils sur ses longues feuilles.

Continuons notre chemin.

IMG_20180220_154429
4.continuer pour passer sous le tronc renversé

sam-logo-petit: Enigme: Le. tronc d’arbre sous lequel il faut passer, est-il tombé lors de la tempête Eléanor (3/1/2018) ou bien avant ? Regardez bien cette photo qui date du 17/2/2018. (Réponse fin de balade)

IMG_20180220_154450

Que de mousses, que de mousses…il y en a partout !

pp-logo-petit: La grotte des Sottais ! Nous y voilà: un gros rocher aux allures de falaise borde le sentier et on soupçonne une cavité sur le côté droit. Pour aller la voir de près, il faut sortir du sentier et monter en longeant le gros rocher. Ascension qui se termine à 4 pattes, tellement c’est glissant. Et puis, on voit une minuscule cavité peu profonde: c’est la fameuse grotte ! Elle communiquait, paraît-il, avec une salle plus grande mais on voit qu’il y a eu des éboulements.

sam-logo-petit: Evidemment, ce n’est pas comme la grotte de Han ou de Lascaux !

dsc_10501: Oui, je m’attendais à quelque chose de plus grand !

sam-logo-petit: N’oublie pas que c’était l’abri des Sottais…

sotai

pp-logo-petit: Ce serait aux environs de cet endroit que se situe la faille de charriage, donc, rive gauche en aval de la Hoëgne. Le toit de la grotte est grès avec un sol calcaire . La présence de 2 types de sous-sols différents dans un même endroit, en serait la preuve.

dsc_10501: Pourquoi cette histoire de Sottais sur ce lieu ??

sam-logo-petit: Pour connaître l’histoire locale des Sottais cliquez ici: legende des sottais

pp-logo-petit: Continuons notre chemin en suivant bien les lacets.

sam-logo-petit: Nous voici auprès de la Tour des Dardanelles, du moins ce qu’il en reste. Il paraît que la grotte des Sottais allait jusqu’en dessous de la Tour…

dsc_10501: C’est ça, le bout de la grotte ?

sam-logo-petit: C’est comme un petit tunnel, cela ! On voit le jour de l’autre côté !

pp-logo-petit: D’après la roche, on est encore sur le sous-sol calcaire.

IMG_20180220_160210
Détail de la roche du « tunnel »

Suivons à nouveau Sam: tournons le dos à la Tour et montons le sentier vers le fond de jardin d’une habitation.

IMG_20180220_160253

En chemin, vous verrez les traces laissées par Eléanor…

pp-logo-petit: Voilà la végétation qui change : genêts et pessière, signes d’un sol plus acide , donc certainement schiste ou grès ou un peu des deux.

dsc_10501: Regarde ici, la preuve: voilà du schiste !IMG_20180220_160842

sam-logo-petit: Suivez-moi, on monte et on va sortir du bois… et aller tout droit en passant devant la maison blanche.

A un carrefour de chemins, celui de droite débute avec une croix blanche. Ignorons. Tout droit .

pp-logo-petit: D’après la carte géologique de A.Dumont, nous avons sous nos pieds de la houille (en brun). Nous sommes à Pouillou-Fourneau.

IMG_20180220_161205

Ici, nous avons le choix : continuer l’itinéraire rouge: on descend. Si on veut monter jusqu’à Tancrémont manger un bout de tarte (pas le lundi), prendre les chemins qui montent . Ils vont tous aux tartes ! N’oubliez pas entre deux bouchées de regarder le paysage**** de la fenêtre de Theux .IMG_20180220_161406

Nous continuons l’itinéraire rouge et descendons. Finalement peu importe le chemin, tant qu’il descend, on est dans le bon, vers Juslenville.

IMG_20180220_161556

Aujourd’hui, le paysage de la fenêtre est un peu brumeux…On ne choisit pas sa météo !

Nous arrivons en fin de « route des rouges terres », allusion au minerai de fer dans le sous-sol. En descendant, nous passons devant la chapelle de Montfort.

IMG_20180220_162446
Sam se recueille devant la chapelle de Montfort…

En bas, nous apercevons un « mélange » d’anciennes maisons en pierres calcaires et d’autres en grès. Cela fait penser à ce que nous avons vu pendant la balade:  changements rapides de sous-sols sur très peu de distance et même parfois « mélangés ».

Nous achevons maintenant notre balade en nous dirigeant à nouveau vers le pont sur la Hoëgne et puis vers le parking SNCB de Juslenville.

Les énigmes: réponses.

  1. Travail du castor ou pas ?  La taille de certains copeaux est un peu longue pour un castor. Et la Hoëgne n’est un cours d’eau pas assez profond , ni suffisamment calme pour qu’un castor puisse s’y plaire. Sur la dernière image, le petit tronc ne porte pas non plus la signature du castor qui est une petite houppe au sommet du « crayon ». On pourrait émettre un doute sur la travail de cet animal. De l’ autre côté du chemin où se trouve la zone humide, on voit quelques des branches. Et cette zone pourrait accueillir un castor… Il est donc possible qu’un castor soit responsable des traces sur les troncs..
  2. Le tronc est-il tombé avant ou après Eléanor ?    Bien avant, à en juger l’épaisseur et l’étendue de la mousse. La photo fut prise le 17/2/2018, soit 1 mois1/2 après. La mousse ne s’installe pas si vite sur un tronc. Il est impossible également qu’elle se soit installée sur le tronc de cette façon, lorsqu’il était debout. Pour garder un maximum d’humidité, la mousse se place toujours au-dessus des branches horizontales et non sur les côtés où l’eau de pluie ne reste pas et dégouline. Elle adore aussi le pied des arbres qui est une zone assez humide pour elle.

Nous espérons que vous ayez fait une bonne balade en notre compagnie et vous souhaitons un bon retour.

sam-logo-petit: Nous , on va prendre l’auto et manger la tarte, là-haut !

g§tgythygh

Merci à:

Passe-Par-Là qui est venue nous accompagner en reconnaissance et nous bombarder de questions !

Mr S. Noirhomme et ses élèves futurs guides nature pour avoir également enrichi cette balade par leurs découvertes et leurs réflexions.

Sources:

-La formation de la fenêtre de Theux: extraits du TFE animateur-guide nature (2016-2017) de Francine Vincent : »Jeter un oeil sur la fenêtre de Theux. » Balade découverte avec Sam et Passe-Partout., p27-28

Le gouet tacheté., consulté le 20/2/2018, https://fr.wikipedia.org/wiki/Arum_maculatum

La fougère scolopendre., consulté le 20/2/2018,  https://fr.wikipedia.org/wiki/Scolopendre_(foug%C3%A8re)

Pour la primevère:  WILSON G. Ch., Fleurs sauvages, Coll. L’oeil nature, éd. Bordas

Pour le castor: La Hulotte, L’Einstein des rats. In la revue La Hulotte n°85

La mousse: notes du cours de GN (2016-2017

La Légende des Sottais:  https://www.sitheux.be/spip.php?page=article&id_article=402la

La fenêtre de Theux:

DEBLOND. A., Le territoire des Terres de Hoëgne du plateau des Hautes fagnes à la fenêtre de Theux,  GAL « Terres de Hoëgne », publié le 15/01/2007, consulté le 21/10/2016, disponible sur :http://terresdehoegne.skynetblogs.be/archive/2007/01/15/fenetre-de-theux.html

FALLA. A., DEBLOND. A., La fenêtre de Theux, un conte géologique., syndicat d’initiative de Theux-Franchimont, publiéle 04/07/2005, consulté le 21/10/2016, disponible sur https://www.sitheux.be/spip.php?page=article&id_article=440

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :