Examen sur les résineux: réponses

A vos cônes

  1. Les propriétaires de cônes: 1.Mélèze d’Europe – 2. Sapin (pin) Douglas – 3. Epicéa commun – 4. Sapin commun (blanc ou pectiné) – 5. Pin sylvestre
  2. Les destructeurs de cônes: 1.L’écureuil – 2.La souris – 3.Le pic-épeiche – 4.Le bec croisé – 5.Le sapin lui-même.

Explications :

images 1) et 2)

rongeurs

image 3)

pic epeiche

image 4)

bec croise

image 5) : le cône lui-même !

detrousseurs de cones

 

3. Celui qui n’a pas débarrassé la table: L’écureuil

Explication: l’écureuil a l’habitude de manger les graines des cônes sur une souche ou un endroit d’où il peut surveiller les alentours afin de fuir s’il aperçoit un prédateur arriver. Les écailles qui restent sur la « table »sont les restes du cône décortiqué.

La résine

cannabisplante

Un végétal possédant de la résine : le cannabis (syn: chanvre, marijuana…). C’est avec la résine du cannabis qu’on fabrique le haschisch. (Vous voulez la recette ? Rendez-vous derrière le hangar à minuit avec 50 euros..Chut !)

Age des conifères

Comment le calculer ? Abandonnez votre échelle et lisez plutôt .

age sapin

Hotel

Voici une brève liste des hôtes des conifères :

Pour les passereaux: le bec croisé qui nourrit sa nichée en plein mois de janvier avec les graines des cônes, les grives, les accenteurs mouchets, les merles, les fauvettes de toutes sortes viennent y faire leurs nids; le pic noir et le pic épeiche qui font parfois leurs loges pour leurs nids dans le bois de l’arbre, le roitelet, le grimpereau , la sittelle qui récupère la loge des pics, la mésange huppée, noire, à longue queue…
Pour les insectes, le scolyte typographe est un dévoreur de bois de conifères, la nonne (papillon dont les larves ne se nourrissent que de jeunes aiguilles), la fourmi rousse… Pour les mammifères : l’écureuil qui est bien content de trouver des graines de cônes quand il y a  10 cm de neige, la martre des pins ( (mangeuse d’écureuils et de petits oiseaux)…

Bon, il faut bien qu’on s’arrête là, il y en a au moins 15, sans parler des autres…

Les pessières

1.Est-il vrai que les pessières stérilisent le sol ?  Oui !

Explication:

Même si les conifères ont des aiguilles persistantes, elles finissent par tomber au bout de 6 ou 7 ans. Malheureusement, elles contiennent de la résine et de la lignine. Ces  substances  sont  difficilement assimilables par les petits animaux minuscules et les bactéries qui recyclent les déchets forestiers en humus.. Cela donne un tas d’aiguilles non décomposées au sol . Au bout d’un temps, cet épais tapis est attaqué par de minuscules champignons qui le transforment en mauvais humus noir et fortement acide. Le sol devenu acide, les bactéries se raréfient. Il s’ensuit qu’après plusieurs générations d’épicéas, le sol deviendra stérile.

2. La surface foliaire des Conifères est double de celle des feuillus.

Dans une pessière, la lumière a beaucoup plus de difficultés à traverser les arbres et arriver au sol. Sans lumière, beaucoup de végétaux ont du mal à vivre (à part, bien sûr, les champignons). Le sol est donc assez dégarni.

Une 2e conséquence de la double surface foliaire des résineux est la double oxygénation de l’air par rapport aux feuillus, ce qui n’est pas à négliger.

Thérapie

huiles-essentielles-chute-cheveux

1)Le sirop de sapin/épicéa: bourgeons  (extrémités des pousses encore vert clair, presque fluos), récoltés en mai.

La recette est simple: au fond d’un bocal rex, tassez un gros cm de pousses de sapin ensuite un gros cm de sucre candi; continuer en alternant les couches jusqu’au dessus du bocal. Ajouter un peu d’eau. Fermer le pot et le placer à l’abri de la lumière . Retourner le pot tous les mois et ce,pendant 6 mois. Ensuite, filtrer et conserver au frigo. Votre sirop est prêt et vous pouvez vous permettre de tousser !

2) Les conifères et les parties utilisées pour fabriquer des huiles essentielles – usages (facultatif)

le cèdre de l’Atlas: bois (problèmes respiratoires: toux sèche, régulation de la séborrhée, cellulite, insectifuge)
le cyprès : les branches (asthme, cellulite,circulation, varices, hémoroïdes, toux)

l’épinette: les aiguilles (tonique, hormone mimétique: agit comme la cortisone, anti-inflammatoire, anti-fongique).

le genévrier: les baies (lassitude générale, antiseptique voies urinaires, élimination des toxines, rhumatismes, cellulite)

le pin maritime: oléorésine (oxygénante, stimulante, antiseptique pour les voies respiratoires et urinaires, impuissance)

le pin sylvestre: les sommités fleuries (désodorisant et antiseptique aérien, tonique, constipation,bronches, circulation, aphrodisiaque)

le sapin: les aiguilles (balsamique, antiseptique respiratoire, antalgique, rubéfiant (réchauffe), antiarthrosique, tonique)

 

Quelques trucs pour différencier le sapin de l’épicéa

La position des aiguilles sur le rameau: pour le sapin: disposées à plat sur 2 rangs de chaque côté de la tige. L’envers des aiguilles est marqué de 2 lignes blanches; pour l’épicéa: disposées en spirale tout autour du rameau.

L’écorce:chez le sapin: tronc plutôt lisse, gris argenté; chez l’épicéa: tronc couvert d’écailles, brun-rouge.

Pour les cônes ci-dessous: celui de gauche : épicéa  (3) et celui de droite: sapin(4)

scan 1conesapin etepicea
3) et 4)

Un autre truc:sapin ou epicea

Voilà ! C’est tout pour les réponses !

On vous avoue que c’est tout à fait normal que vous soyez en échec, ce qui prouve que vous devez continuer à lire notre blog. et cela, nous réjouit !

Article-4-youpie

Pour ceux qui avaient presque tout juste, vous êtes super-informés et nous aurons besoin de vos connaissances pour nos futurs articles.

yes

Vous avez tout juste ?

felicitation mais à notre avis , vous avez fameusement triché…

pp-logo-petit: Sam, ce n’était pas toi qui devait assurer la surveillance ?

sam-logo-petit: Si…, mais, j’avoue que devant certains qui se mettaient à pleurer, je leur ai chuchoté quelques trucs..

pp-logo-petit: Tu as bien fait !

Sources:

La hulotte. Spécial épicéa. In la revue La Hulotte n°36/37, 78p

Le cannabis, qu’est-ce que c’est ? Drogues-dépendances: http://www.drogues-dependance.fr/cannabis.html, consulté le 16/12/2017

Lhoneux. C., Cours d’aromatothérapie de base, Polleur, 2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :